Recherche avancée
visiter
3604
Date de mise à jour: 2009/11/22
Condensé de la question
Pourriez-vous expliquer, s’il vous plait, la raison de raccourcir la prière, lorsqu’on est en voyage ?
Question
Aujourd’hui, nous voyageons par l’avion d’un pays à l’autre. Cela peut durer, par exemple, trois heures. Et lorsqu’on n’a pas l’intention de résider 10 jours, l’on ne doit pas observer le jeûne ou l’on ne doit pas accomplir la prière, d’une manière complète. Pourriez-vous expliquer, s’il vous plait, pour quelle raison, devons-nous raccourcir nos prières, en voyage (par exemple réduire les prières de quatre Rak’ats à deux Rak’ats) ou de ne pas observer le jeûne, car c’est invalide ? Pourquoi nous ne pouvons pas accomplir, d’une manière complète, nos obligations, au deuxième jour de notre voyage, alors que nous ne sommes ni fatigués ni confrontés à un problème particulier ? Avec tous mes respects.
Résumé de la réponse
Même comme toute les dispositions de la loi islamique sont fondées sur les favorables et les défavorables, que chaque jugement repose sur une sagesse et une raison, il est particulièrement difficile de déceler et d'expliquer tous les détails des dispositions de loi islamique. A la rigueur, on peut généralement s'appuyer sur certains aspects pour expliquer les dispositions de loi islamiques. Le terme général veut dire ici dans l'ensemble et qu'il y a des exceptions. Ainsi, des propos ont été avancés sur le but d'accomplir la prière à des heures déterminées. Il est dit par exemple que Dieu veut être rappelé et adoré avant toute activité. Donc la prière est un prélude aux plus importantes activités de la vie qui commence aux heures de cinq prières. En plus, Dieu veut que les musulmans accordent une importance à la notion du temps.
 
Réponse détaillée
Nous devons apporter quelques éclaircissements avant de commencer :
1- Selon des propos fondés sur lesquels les savants et les jurisconsultes chiites sont d'accords, les dispositions de loi islamique sont taillées en fonction des choses favorables et défavorables. En d'autre terme, si une chose est vitale et utile, Dieu le rendra obligatoire, et s'elle est avantageuse et n'est pas vital, elle sera maintenue au rang d'acte surérogatoire. Si un acte s'avère préjudiciable, dangereux et destructeur, Dieu l'interdira et si son préjudice n'est pas dangereux et nuisible, il sera rétrogradé au rang d'acte détestable. De même, si un acte n'est ni utile, ni préjudice, il est considéré comme libre. Certes, lorsqu'on parle d'utilité et de préjudice, on ne se limita pas seulement à des choses matérielles. Ils sont pris au sens large du terme couvrant toutes les dimensions de la société de l'existence de l'homme.
2- Quoique  les dispositions de loi islamique absolument fondés sur des choses favorables et défavorables de manière générale, il est particulièrement difficile de cerner leurs bien-fondés dans les moindres détails. Car cela nécessite une certaine potentialité intellectuelle large et variée et malgré les progrès scientifiques et techniques de l'homme, ce qu'il connait ne représente qu'une goûte d'eau face à la mer : " Il vous a été donné de la science qu'une infime partie " 2[1]
Si les envoyés de Dieu se réservent de dévoiler la philosophie des dispositions de loi de Dieu, c'est peut être parce que cela paraîtra encore plus compliqué pour l'homme qui ne connait presque rien des secrets de l'univers. Se lancer dans une telle action risque de susciter le dégoût. L'Imam Ali (as) dit : " les gens détestent ce dont ils non aucune connaissance ". 3[2] Donc les envoyés de Dieu soulignent brièvement la philosophie de certaines dispositions de loi de Dieu selon la capacité de compréhension des hommes. Par ailleurs, la religion et les lois de Dieu cherchent à orner l'homme avec tout ce qui est bien spirituellement et pratiquement, tout comme elle veut éloigner de lui tout ce qui est mauvais spirituellement et pratiquement. On ne parvient à ce but qu'en mettant en application les lois de Dieu, même si on ne saisit pas son importance. Un peu comme un malade sans connaitre la composition des médicaments et les prescriptions du médecin les respecte et retrouve la santé. Puisque le croyant à la conviction que les préceptes religieux viennent des personnes infaillibles bien informés, il les applique avec la certitude qu'ils maitrisent aussi leur utilité.
3- Si appréhender la valeur et la philosophie des dispositions de loi de Dieu s'avère difficile, on peut tout de même cerner les généralités. Les généralités tels que comprises dans le jargon de la jurisprudence  ne va pas sans exception, contrairement aux généralités de la philosophie. " Généralement " en droit ou en sociologie rime avec " dans l'ensemble" et des exceptions font toujours la règle ici. 4[3]
La prière du voyageur :
Le fait de raccourcir la prière s’explique, entre autres par la sagesse de faciliter les choses. Le voyageur, même s’il dispose, pendant son voyage, des meilleurs moyens, se sent fatigué, physiquement et spirituellement. Donc, les actes de prière devront être compatibles à l’état d’esprit du prieur et ne doivent pas lui semblaient difficiles à accomplir, au contraire, ils devront être attrayants et faciles à accomplir pour que le prieur s’en acquitte, de son plein gré. Donc, le fait d’écourter la prière est une bénédiction divine ou pour mieux dire  une prime, un cadeau, offerts, par Dieu pour atténuer les choses. Le noble prophète de l’Islam (que Dieu le bénisse, lui et les siens), dit : « Pour l’honorer, Dieu a offert  à mon peuple une aumône, qui n’a  avait été offerte à aucune des   peuples précédents ». Quelle est cette aumône ? l’interrogea-t-on ? Et le nombre prophète répondit : «  Ne pas observer le jeûne et raccourcir les prières pendant le voyage. Donc,  quiconque n’applique pas ces deux ordres de Dieu,  son acte équivaut à rejeter le cadeau que Dieu lui a offert ». 5[4]  
Tout cela explique la sagesse des prescriptions et non pas leur cause,  c est à dire, il se peut que la raison susmentionnée soit valable pour un autre cas, mais qui ne porte pas sur ce décret, car ce qu’on vient d’être dit, ne représente qu’une partie de la cause (la sagesse), et non toute la cause et la cause complète du décret.
Une autre sagesse de ces prescriptions consiste à mettre à l’épreuve , la soumission envers Dieu, lorsque l’homme croit à Dieu, le Très-Haut, à Sa Science illimitée  et à Sa Miséricorde infinie, il doit exercer ;  s’incliner, pleinement, devant Lui,  Il y a des sagesses dont nous ne connaissons pas les secrets, mais nous savons qu’elles sont, quoiqu’en soit,  des prescriptions sages et des meilleurs ordres. Donc, cela n’est pas contradiction avec le fait que l’homme, pour  renforcer la quiétude dans son cœur, se réfère aux hadiths et aux Riwayats, pour  découvrir davantage les secrets et les mystères de ces sagesses.
La réponse de l’honorable Ayatollah Mahdavi Tehrani (que Dieu lui accorde sa bénédiction), est la suivante :
 Dieu seul Connait, pleinement, la cause des dispositions de loi islamiques. Le fait de faciliter la tâche pour les voyageurs, fait parti des sagesses partielles, qui pourrait expliquer le décret sur le raccourcissement de la prière. Cependant, les moyens de transport  ordinaires inter-villes, sont des bus. Le voyage qui cause le raccourcissement de la prière, est un voyage d’une distance de 700km, ou un voyage dont l’aller et le retour est chacun 350km.
 

[1] « Et on ne vous a donné que peu de connaissance », la sourate 17, le verset 85 du noble coran.
[2]  " les gens détestent ce dont ils non aucune connaissance ", Mizan al-Hikma, t.1,p.214.
[3] Emprunté de la question 1967( Site : 2070).
[4] Ghazi Naaman Ibn Mohammad, Daa’em al-Islam,  t. 1, p.194.
Q traductions dans d'autres langues
commentaires
nombre de commentaires 0
S'il vous plaît entrez la valeur
exemple : Yourname@YourDomane.ext
S'il vous plaît entrez la valeur
S'il vous plaît entrez la valeur

catégorie

Random questions

populaire